Graveland : Du Black Metal d’extrême droite bientôt à Montréal

messe-des-mortsAnnée après année, Sepulchral Productions et l’homme qui se cache derrière cette entreprise, Martin Marcotte, se démènent pour attirer au Québec des groupes de Black Metal toujours plus louches et plus racistes les uns que les autres. Cette année, Marcotte frappe fort encore avec l’organisation de la sixième Messe des Morts en invitant l’un des groupes ouvertement racistes les plus emblématiques de cette scène musicale : Graveland. En effet, ce groupe assume ses tendances antisémites et suprématistes blanches tout en rejetant les allégations de nazisme qui lui collent, souvent avec raison, à la peau. Regardons ce qu’il en est de plus près…

Graveland

graveland-3Ce n’est pas à tous les jours qu’un groupe phare de la scène black metal d’extrême droite vient se produire à Montréal. C’est pourtant ce qui est prévu à l’horaire de la Messe des Morts VI avec comme tête d’affiche, les Polonais de Graveland. Ce groupe a commencé à sortir des albums en 1992, mais n’a commencé à se produire en concert qu’à partir de 2016, soit 24 ans plus tard, ce qui ajoute aussi à la « légende » entourant ce groupe.

Pourtant, si on cherche un tant soit peu sur Graveland, un élément revient constamment, leurs liens avec les idéologies de la suprématie de la race blanche qui sont assez difficiles à ignorer. Bien que le groupe ait toujours contesté ses liens avec la mouvance NSBM (pour National Socialist Black Metal), il n’a jamais remis en question ses idées xénophobes et racistes. Sur le site web officiel de Graveland, on trouve des entrevues archivées dans lesquelles Robert Fudali, aka Rob Darken, le chanteur de la formation, répond à toutes sortes de questions sur les identités raciales, sur les liens du groupe avec l’extrême droite musicale ou politique, sur le lobby juif international, sur l’immigration etc. Voici quelques citations (en anglais) de ces entrevues :

The depraved and plunged in a rot of moral decadence individuals (very often of Jewish descendants) hold the keys to this shady business. They promote all kinds of anti-family schism, supporting at the same time homosexuality, negrosemitism….the “culture” produced by these individuals take precedence over traditional national values.1

There is no population growth among White population. The governments created the perfect conditions for non-Whites to live in our countries so they live here and reproduce.2

And it turned out that my political convictions and inspirations have the traits of the ideologies supported by the skinhead underground. But it was not a problem for me and I did not care when I was accused of spreading neo-Nazi ideology.3

Shooting photo de Rob Darken, chanteur de Graveland avec les néonazis du groupe Honor, dans la cadre d'une co-production des deux groupes.

Shooting photo de Rob Darken, chanteur de Graveland avec les néonazis du groupe Honor, dans la cadre d’une co-production des deux groupes.

Et ce n’est pas tout, Graveland a toujours eu des liens avec les adeptes du mouvement NSBM ainsi qu’avec plusieurs groupes de musique partageant ses idées xénophobes. La formation a notamment fait des co-productions avec Honor (band néo-nazi polonais formé de boneheads), Nokturnal Mortum (NSBM, Ukraine), Kreuzfeuer (RAC/Hatecore4, Allemagne) et Temnozor (NSBM, Russie). Le groupe interprète également une chanson écrite par JFN du groupe allemand de National Socialist Black Metal Absurd au nom évocateur de White Hand’s Power. Graveland est aussi associé au Pagan Front, une organisation formée de différents bands, labels et zines faisant la promotion de la suprématie blanche. Graveland est identifié comme groupe haineux par le Southern Poverty Law Center ainsi que l’Anti-Defamation League et plusieurs de ses albums sont interdits de vente en Allemagne.

Il n’est donc pas surprenant que les premiers concerts de la formation, en 2016, aient dû faire face à des mobilisations antiracistes. Il faut dire que Graveland a donné l’une de ses premières prestations au festival italien « Hot Shower » (en référence aux chambres à gaz des camps d’extermination nazis), un festival 100% NSBM avec des groupes tels que Frangar, Goatmoon, Baise ma Hache ou White-Death. Soulignons que des groupes antifascistes graveland-2en ont profité pour organiser le FUCK NSBM FEST en réponse.

Les Polonais se sont également produits au Ragnard Rock Fest, en France, en juillet dernier. L’annonce de la venue de ce groupe raciste, accompagné de plusieurs autres, dont Nokturnal Mortum, Kroda, Khors et Naer Mataron, a donné lieu également à des dénonciations de plusieurs groupes antifascistes et s’opposant au racisme, dont l’organisme SOS Racisme et la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA) qui ont appelé à l’annulation de l’événement. Plusieurs saluts fascistes et t-shirts de groupes haineux auraient été observés durant la prestation de Graveland et tout au long de l’événement5.

Sepulchral Productions

Le producteur à qui l’on doit la visite de ce groupe aux idées nauséabondes s’appelle Martin Marcotte et il est propriétaire de Sepulchral Productions. Marcotte n’en est pas à ses premières expériences d’organisation de concerts de groupes néonazis ou d’extrême droite en général. En effet, on lui doit également la venue des groupes de Black Metal tendancieux Peste Noire, Célestia, Satanic Warmaster et bien d’autres. Il distribue également les albums de plusieurs groupes NSBM tels qu’Absurd, Akitsa, Baise ma Hache, Ad Hominem ou Burzum. Sepulchral Productions est également la maison de disque de plusieurs groupes dits Métal Noir Québécois tout aussi ambigus tels que Forteresse, Monarque, Beast Within, Chasse-Galerie, Brume d’Automne etc. Bref, Sepulchral Productions, c’est un peu la plaque tournante du Black Metal d’extrême droite au Québec.

Martin Marcotte, propriétaire de Sepulchral Productions.

Martin Marcotte, propriétaire de Sepulchral Productions.

Bien que Marcotte ne puisse plus organiser d’événements dans plusieurs salles montréalaises à cause de l’idéologie portée par les groupes qu’il produit, distribue ou fait venir en spectacle, une salle lui est toujours restée fidèle à travers les années : le Théâtre Plaza, sur la rue St-Hubert à Montréal. C’est à cet endroit où il organise la plupart de ces concerts de groupes racistes et c’est également au Plaza que doit se produire Graveland le 26 novembre prochain. À travers le temps, et malgré de nombreuses plaintes, le Théâtre Plaza n’a jamais annulé un seul concert ou une seule conférence raciste et/ou d’extrême droite qui devait se tenir entre ses murs et il semble que ce soit souvent l’un des derniers refuges des organisateurs d’événements d’extrême droite à Montréal.

La Messe des Morts VI doit se tenir du 24 au 26 novembre au Piranha Bar, ainsi qu’au Théâtre Plaza à Montréal. Bien que pour l’instant, aucune manifestation ne soit encore prévue face à la venue de Graveland et la tenue de ce concert, il est à parier, si on se fie à sa vivacité, que le mouvement antifasciste montréalais se mobilisera pour l’occasion. À suivre…

Sepulchral Productions, c'est un peu la plaque tournante du Black Metal d'extrême droite au Québec.

Sepulchral Productions, c’est un peu la plaque tournante du Black Metal d’extrême droite au Québec.

Rose Pesotta

1. Graveland interview for Ablaze Mag (December 2003), publié sur le site web de Graveland le 29 janvier 2010.
2. Idem
3. Idem. Notez que le terme skinhead, ici, fait référence à la mouvance néonazie de ce mouvement. Les antiracistes vont généralement utilisez le terme bonehead pour décrire les adeptes de cette mouvance.
4. Le RAC (Rock Against Communism) est la musique des boneheads, l’équivalent nazi de la musique oi! Hatecore est l’équivalent nazi de la musique Hardcore.

5 réflexions sur “Graveland : Du Black Metal d’extrême droite bientôt à Montréal

  1. Pingback: Québec : le groupe de NSBM Graveland bientôt à Montréal – ★ infoLibertaire.net

  2. Pingback: Québec : le groupe de NSBM Graveland bientôt à Montréal – ★ infoLibertaire.net

  3. Pingback: Revue de presse sur l’extrême droite au Québec du 31 octobre au 20 novembre 2016 | Dure Réalité Webzine

  4. My family is from Poland and Russia on my mother’s side, and Jewish. I’ve listened to bands including Graveland since the early 90’s. I was born in Montréal and my father was born in Italy, my mother in Montréal. Regardless of whether or not you are racist or anti racist, homosexual or homophobic, religious or anti religion, a lover of all cultures or a xenophobe, a lover of life or a misanthrope, people have the right to their beliefs. I’m against religion and political parties who put themselves above everyone else, but they are a right to believe what they do. I have many Jewish relatives who believe that they are God’s only people and that everyone else is unclean to a certain extent, depending on how they can profit from the relationships. That’s OK, they have the right to believe what they want, and to gather whether in a synagogue or elsewhere. The political correctness of our society takes away our freedom to express ourselves, that is my opinion and you don’t have to agree with me, I prefer to put myself in the shoes of those I judge and try to understand why they feel as they do and except their right to their beliefs.

  5. Pingback: Retour sur un concert qui n’a pas eu lieu | Dure Réalité Webzine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s