Revolution Fest IV – Entrevue avec Traitre

Traitre, band de punk/oi/cold de Lille en France, participera à la IV édition du Revolution Fest, un festival antifasciste, anticapitaliste et féministe co-organisé par le Montreal Sisterhood et le RASH-MTL. Le groupe jouera le vendredi 7 octobre et partagera la scène avec Thulsa Doom, Action Sédition, Guernica et Resistance.

Voici une entrevue avec Traitre, qui prend place dans une série d’entrevues présentant des bands participant à la 4e édition du Revolution Fest.

 

0006852974_100

 

– Pour les gens qui ne vous connaissent pas, est-ce que vous pouvez présenter votre groupe de musique?

On s’appelle Traitre, on vient de Lille ( ville du nord de la France) et on a commencé à jouer en 2012.

On est cinq à avoir eu envie de faire du punk, on chante en français, pas par fierté pour notre langue, mais juste parce qu’on était mauvais à l’école et qu’on trouve plus simple de gueuler avec nos tripes dans une langue qu’on maitrise (à peu près). C’est important pour nous de pouvoir partager facilement nos textes avec nos potes et les gens qu’on croise (le plus souvent en France). Nos textes parlent de nos ressentis, de nos névroses, de l’aspect sombre et triste de notre quotidien, mais ils nous permettent d’évacuer et d’avancer de manière plus positive dans ce monde. Ce qui nous permet d’avancer, c’est aussi tous les potes et les groupes avec qui il nous arrive de bouger.

a3883552113_10

– À quoi ressemble la scène à Lille? Avez-vous des bands à nous faire connaître? 

Comme groupes, on peut vous parler de Makach, Short Days, Litovsk, Zone infinie, Syndrome 81,  Rip it up, Alarm, Bière Sociale, Gutter, Douche Froide, Sévices, Anxiety Attack, Mirles, LPI, LCF, à Moitié vide……

On organise parfois des concerts, souvent dans les squats. On tente de ne pas trop dissocier la musique de nos pratiques politiques. Bien que nous ne soyons pas sans failles, nous tenons malgré tout à revendiquer et à mettre en pratique un certain nombre d’idées et de positionnements comme l’occupation illégale, la gratuité et/ou la simple remise en question des rapports marchands. Nous sommes contre toutes les formes de dominations et d’exploitations sur les humains et les animaux… On joue souvent pour des concerts de soutien à diverses luttes et projets (caisses anti-répression, caisses anti-carcérale, caisses de lutte…)

– Quelles sont les luttes à Lille en ce moment?

Les luttes à Lille sont diverses comme dans toutes les grosses villes.
Pour ne citer qu’elles, nous pouvons mentionner actuellement le collectif des Olieux  (solidarité avec les mineurs isolé.es qui occupent le parc des Olieux depuis plus d’un an) et la mobilisation contre un bar tenu par des fascistes qui a ouvert récemment à Lille (Génération Identitaire)….
En outre, ces derniers mois, un mouvement social a émergé au niveau national contre une loi (la loi « travail » ou loi El-khomri) que le gouvernement a fini par faire passer. Une loi qui a pour but de remanier le code du travail, une loi proposée par la gauche socialiste qui dessert complètement les travailleurs les plus pauvres et qui donne encore plus de liberté au patronat. Pendant plusieurs mois, les lycéens.nes, les étudiant.es, les ouvrier.es, les chômeurs.euses et autres précaires ont pris part au mouvement en bloquant les établissements scolaires, en manifestant dans la rue, en s’affrontant avec la police, en participant à des blocages économiques sur des raffineries, des zones industrielles… Le mouvement a subi une forte répression mais en réaction, la lutte s’est durcie et on a pu constater une hostilité grandissante à l’égard du pouvoir politique. Beaucoup disent que le mouvement prend fin, mais ces derniers mois d’agitation laisseront sans doute plus que des stigmates. Nous rentrons maintenant en période pré-électorale (présidentielle), période propice aux conflits.

– Qu’est-ce que vous connaissez du Canada? 

Bien que nous ayons en commun d’être francophones, nous sommes assez peu informés sur l’actualité du Canada. On entend parler ça et là de ville minière en flamme, d’autochtones qui se battent pour leurs terres, de terrorisme mais on subit les vieux réflexes français qui consistent à ne regarder que ce qu’il se pase chez nous ou du moins sur le continent. Les médias nationaux parlent bien plus des attentats qui frappent l’Europe, de la montée de la haine entre les religions, du conflit en Syrie et des relations avec la Russie que du Canada.

epsingle– Qu’est-ce qui vous a poussé à venir jouer au Revolution Fest?

L’opportunité d’aller de l’autre côté de l’océan ne se présente pas tous les jours. On a donc accepté l’invitation du Revolution Fest pour le trip, pour capter comment les gens se bougent par chez vous et parce que « La société a mauvaise haleine » nous en a dit beaucoup de bien. De là s’est dessinée la possibilité d’une tournée aux states…

– Quels sont vos prochains projets?

Notre prochain projet donc, c’est l’Amérique et après c’est le chaos. On est censé ne plus exister en temps que Traitre pour se consacrer à d’autres projets dans la vie, pas forcément musicaux. Vous nous avez réveillé, certes très tôt après notre break mais bon…

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s