La gentrification d’Hochelaga-Maisonneuve force L’Industrielle à fermer ses portes

2 septembre 2019

Photo prise lors du party de la Fête du travail à L’Industrielle avec le groupe Fidel Fiasco, le 2 septembre dernier. (Crédits : Cédric Martin)

Hé oui ! Encore un autre lieu culturel associé à la scène alternative qui s’éteint, l’un des seuls d’Hochelaga-Maisonneuve. Nous avions un rêve, celui d’avoir un local reflétant les valeurs de la contre-culture et du syndicalisme avec pignon sur rue, dans notre quartier. Nous étions un groupe de bénévoles avec l’envie d’organiser un lieu ouvert sur l’ensemble de la communauté. Nous n’avons pas récolté le moindre dollar dans cette aventure, au contraire.

Nous voulions qu’il y ait un lieu dans lequel il serait possible pour les musicien.ne.s engagé.e.s d’offrir des performances, pour les artistes visuel.le.s d’exposer le fruit de leur travail, pour les syndicalistes de tout acabit de se réseauter et pour les habitant.e.s du quartier de s’organiser. Les quelques mois où nous avons été en activité nous ont bel et bien prouvé que c’était un besoin dans le quartier. Les autorités municipales en ont décidé autrement.

C’est donc avec une grande tristesse, et suite aux pressions répétées du Service de Police de la Ville de Montréal (SPVM) et de l’arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, que nous nous devons de mettre la clé dans la porte de L’Industrielle, espace culturel et syndical.

Nettoyer le quartier pour l’arrivée d’Osha Condos ?

4 août 2019

Le rappeur Will E. Skandalz en prestation à L’Industrielle le 4 août 2019. (Crédits : Cédric Martin)

Depuis notre arrivée dans le quartier au courant de l’été, nous avons été frappé par la présence policière complètement démesurée, principalement aux alentours de la rue Sainte-Catherine. Il était simplement impossible de passer plus de quelques minutes dans le coin sans croiser une voiture de patrouille du SPVM. Dès notre ouverture, les policiers et policières ont commencé à venir intimider les gens qui fréquentaient l’espace, souvent en convoi allant jusqu’à une dizaine de véhicules. L’intimidation policière s’est poursuivie tout au long de l’aventure. C’est ça la liberté d’expression ?

Comme si ce n’était pas assez, l’arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve a décidé également de se joindre à l’effort de répression nous visant. C’est ainsi que les autorités municipales se sont mises à faire pression sur notre propriétaire et nous-mêmes puisqu’il semble que nous ne respections pas le permis d’occupation du bâtiment. Pourtant, les anciens locataires du local, qui l’ont occupé pendant de nombreuses années, n’ont jamais eu de problème à ce niveau, malgré que les activités y étaient très semblables. Coïncidence ?

Comment ne pas faire le parallèle avec l’arrivée d’Osha Condos, situé à deux coins de rue du local que nous occupions, en plein coeur de la partie la plus pauvre du quartier ? Il nous semble clair que le SPVM et l’arrondissement veulent nettoyer le quartier pour le rendre présentable aux yeux des spéculateurs, promoteurs de condos et autres entrepreneurs bon chic bon genre. C’est ça le projet de Projet Montréal ? On sort les pauvres du quartier à grand coup de règlements municipaux et de répression policière ? C’est comme ça qu’on revitalise un quartier, c’est ça ?

Montréal, ville culturelle et engagée ?

12 août 2019

Prestation du groupe Feed à L’Industrielle, le 12 août 2019. (Crédits : Cédric Martin)

L’arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve fait vraiment des pieds et des mains pour s’assurer de tuer toute initiative culturelle indépendante. Les espaces où il est possible pour la contre-culture de s’exprimer se font de plus en plus rare à cause des pressions du SPVM et de l’arrondissement. Nous étions l’un des seuls espaces restants où il était possible d’organiser un concert underground. Il semble que les autorités préfèrent les spectacles d’artistes mainstream, sponsorisés par des multinationales de l’entertainment et vidés de tout contenu revendicateur.

Montréal surfe présentement sur sa réputation de ville culturelle et ouverte. C’est bon pour le tourisme, c’est bon pour AirBnB et Uber aussi. Mais est-ce que Projet Montréal prend seulement le temps de voir ce qui est bon pour la population de la ville et du quartier ? Est-ce vraiment de plus de condos dont nous avons besoin ? Est-ce vraiment de commerces où la marchandise se vend trois fois plus cher qu’ailleurs dont nous avons besoin ? Nous ne croyons pas.

Aujourd’hui, nous fermons nos portes, mais nous faisons la promesse de ne pas quitter le quartier. Nous restons et nous continuerons à nous organiser, à nous exprimer, à revendiquer et à lutter, quoiqu’en pensent les autorités municipales.

Pour des espaces culturels où la scène indépendante peut s’exprimer sans se ruiner !
Pour des espaces communautaires qui répondent aux besoins de la population locale !
Pour des espaces où il est possible de s’organiser et de revendiquer !

Le collectif de L’Industrielle, espace culturel et syndical

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s