Jiu-jitsu et fascisme brésiliens à Montréal

44243128_2086340308091106_7546262972205629440_nL’Amérique Latine a une longue tradition dictatoriale imposée par les États-Unis et il est possible de croire qu’avec l’arrivée de Donald Trump au pouvoir, cette mainmise ne fera que s’accentuer. Le 28 octobre dernier, les Brésilien.ne.s étaient appelé.e.s aux urnes afin d’élire leur prochain président et leur choix s’est porté sur un candidat d’extrême droite : Jair Bolsonaro, un amateur du président américain. En effet, tout au long de sa carrière, ce politicien que plusieurs qualifient de fasciste, n’a jamais hésité à s’en prendre aux femmes, aux homosexuel.le.s, aux Noir.e.s ainsi qu’aux peuples autochtones de son pays. C’est également un nostalgique de la dictature militaire ayant frappé le Brésil de 1964 à 1985, soulignant toutefois que « l’erreur de la dictature a été de torturer au lieu de tuer ».

Patrick CôtéIl semble assez surréaliste qu’un personnage de ce type puisse être élu président d’un grand pays comme le Brésil. C’est pourtant ce qui est arrivé. Peut-être un peu plus surprenant, Bolsonaro compte également des disciples jusqu’ici au Québec et plus précisément à Montréal. C’est en effet via des réseaux liés au jiu-jitsu brésilien, art martial de plus en plus populaire, que nous avons pu retrouvé la trace de certains des plus ardents défenseurs de l’extrême droite brésilienne qui officient dans la province. Quelle ne fut pas notre surprise de tomber sur l’un des entraîneurs d’arts martiaux les plus respectés, souvent accompagné d’un ancien combattant professionnel devenu journaliste et d’apprentis combattants servant d’arme de propagande.

 

Notre enquête débute alors que nous tombons sur le profil Facebook de Fabio Holanda, entraîneur-chef du gym Brazilian Top Team, situé en plein centre-ville de Montréal. Holanda se sert de ses profils Instagram et Facebook afin de faire de la publicité pour les cours qu’il offre à son gym, mais aussi pour faire de la propagande en vue de l’élection de Jair Bolsonaro. En effet, de très nombreuses images à l’effigie de ce dernier ornent le mur Facebook de Fabio Holanda, dont de nombreux mèmes anticommunistes et militaristes.

 

Pire encore, nous nous rendons rapidement compte que le coach se sert de ses élèves qui miment le geste de tenir une mitraillette afin de faire des photos de propagande pour le politicien d’extrême droite. Et vice-versa, Holanda fait même des montages avec le visage de Bolsonaro afin de faire la promotion de Brazilian Top Team. À ce moment-ci, nous sommes en droit de se demander si les combattants que forme Holanda sont au courant de ce qu’ils sont en train de faire ou non. Dans tous les cas, nous sommes sidérés de voir cet homme lier son gym à un politicien nostalgique de la dictature chilienne d’Augusto Pinochet, sans le moindre complexe.

HolandaCotéFaf

Notre enquête suivant son cours, nous apprenons également que Fabio Holanda a été l’entraîneur de jiu-jitsu des combattants professionnels Georges Saint-Pierre et Patrick Côté. Ce dernier, surnommé The Predator, est aujourd’hui analyste des combats UFC à la télévision de RDS. Côté garde d’ailleurs de très bons liens avec Fabio Holanda et sa famille et peut également encore être vu au gym de Brazilian Top Team assez régulièrement. Quelle n’est d’ailleurs pas notre surprise de voir que l’une des fameuses photos de « mitraillettes pro-Bolsonaro » semble avoir été prise par nul autre que The Predator, en profitant pour se mettre de l’avant en mode selfie.

Patrick Côté 2Sachant qu’il serait désastreux pour la carrière d’une personnalité médiatique comme Patrick Côté de s’associer aussi ouvertement à un fasciste, il est facile de se demander si le Predator savait ce qu’il faisait ou non. Peut-être que son passé de soldat l’a plongé dans la nostalgie des dictatures militaires et l’a fait se reconnaître en Bolsonaro, mais il est plus probable qu’il n’était pas au courant de la signification de cette photo. Qui voudrait s’associer à un politicien qui tient ce genre de propos : « L’agent de police entre dans la favela, résout le problème, et s’il tue 10, 15, 20 [bandits] avec 15 ou 30 balles pour chacun, il doit être décoré et non poursuivi en justice »?

Un autre entraîneur de jiu-jitsu brésilien est également apparu avec Fabio Holanda dans une de ces photos de mitraillettes mimées. Il s’agit de Michele Forte du gym Forte Arts Martiaux situé à Laval et également lié à Brazilian Top Team.

Heureusement, un collectif basé à Montréal semble vouloir résister à l’arrivée de Bolsonaro au pouvoir. Il s’agit du Coletivo Brasil-Montréal qui rassemble des membres de la diaspora brésilienne et qui a notamment organisé un rassemblement contre le fascisme le 29 septembre dernier à Montréal.

 

Bref, nous ne savons pas exactement à quel jeu se livre le coach Fabio Holanda, mais il est surtout en train de lier son gym Brazilian Top Team à ce qu’il y a de moins glorieux dans la politique brésilienne. En s’affichant aussi ouvertement comme un supporter de l’extrême droite, Holanda tire aussi vers le bas ses propres élèves ainsi que des personnalités publiques liés aux arts martiaux. Espérons seulement que l’apologie du fascisme n’ait pas sa place dans les gyms d’arts martiaux montréalais et que Brazilian Top Team soit une exception, et non la règle.

Rose Pesotta

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s