Quand la diversité n’est qu’une mascarade

2_colonial_violence

Les célébrations autour de la fête du Canada traduisent bien l’aveuglement de la population comme du gouvernement. Personne ne veut voir la vérité en face : c’est le 150e anniversaire d’un génocide, 150 années de violence. Le 1er juillet, c’est la journée qui a été désignée pour fêter le Canada, pays construit sur une terre volée. Ce contexte, comme celui du 375e anniversaire de la ville de Montréal m’ont amené à avoir une réflexion sur la diversité culturelle que je partage aujourd’hui avec vous.

Le 375e anniversaire de la ville de Montréal fut un événement grandiose qui a mobilisé beaucoup de gens. L’activité la plus attendue était celle de l’illumination du pont Jacques-Cartier comme moment phare des célébrations. En voyant les citoyen-ne-s qui se sont déplacé-e-s par milliers, je ne pouvais m’empêcher de me questionner. Est-ce vraiment ça la fierté d’être québécois-e? Voilà, je l’ai dit. Mettre l’accent sur les défauts serait vraiment une façon pessimiste de voir la société, mais en fait, je n’ai pas pu m’arrêter au spectacle qu’était le 17 mai 2017.

La ville a reçu plusieurs legs dans le cadre de cet anniversaire. La ville a déboursé 9,5 millions pour le pont seulement. Je crois que ce fameux pont a été de toutes les conversations pendant plusieurs jours. 9,5 millions pour le divertissement de ses résident-e-s et puis pour se dire « avez-vous vu comment on est beau avec nos lumières?»

19692429_10155114990105589_68442454_nDans le cadre de mes études en écologie, j’ai fait une étude sur le mercure que contient l’eau dans les réserves amérindiennes. L’automne dernier, 156 avis concernant la qualité de l’eau potable touchaient 110 communautés autochtones au pays. Plusieurs avis d’ébullition pour l’eau potable chez les premières nations algonquines au Québec sont toujours en vigueur depuis 1999, ces données sont disponibles via Santé Canada. La nation Neskantaga est même privée d’eau potable depuis les 20 dernières années. Jusqu’à quel point laissons-nous le « paraître » gagner sur le « être »?

L’eau étant une ressource vitale pour chaque être humain partout dans le monde, un questionnement me laisse sans réponse. Pourquoi les gens pensent-ils qu’à Montréal les autochtones sont mieux traité-e-s? Je suis moi-même une femme autochtone et notre façon d’être et notre vie culturelle sont souvent vues avec beaucoup de préjugés alors qu’on oublie clairement tout ce qui entoure les traitements qu’on nous réserve pour être différent-e-s dans cette société aveugle.

Ensuite, il y a eu la parade de la Saint-Jean-Baptiste sur le thème de la diversité. Les vidéos aux milliers de vues sur le web et… le malaise . On nous a montré que notre soit disant diversité avait un arrière-goût raciste, ironique et amer. Pour habiller de façons différentes et donner les tâches les plus nobles aux blanc-he-s. Voilà où il y avait une mauvaise idée. On voit les personnes noires pousser un carrosse à la saveurs de l’esclavage d’antan et les blanc-he-s habillé-e-s de cette même couleurs autour qui sont dont heureux et heureuses de danser et chanter joyeux anniversaire aux spectateurs-trices.

19650066_10155114999660589_1814897350_o

Dans la politique comme sur la voie publique, je n’ai pu m’empêcher d’apercevoir une augmentation de la fierté Québécoise. Il semble très fréquent que les gens refusent la diversité culturelle quand le Québec a été lui-même bâti sur l’assimilation de peuples autochtones à travers plusieurs formes de violences telles que le viol et le meurtre, par les peuples européens donc par des immigrant-e-s, au nom de la patrie et pour mieux régner.

19668433_10155114999930589_1892532893_n

Voici comment le Québec et le Canada ont été fondés, pour ne nommer que ceux-ci. Les Québécois-e-s de souche ou pure laine ne sont alors pas des blanc-he-s francophones. Ils et elles sont les Premières Nations dont les langues officielles ne sont presque plus connues et parlées aujourd’hui. Est-ce qu’on se sent toujours autant chez soi quand on se dit que nous avons le pouvoir sur les autres ethnicités? Une telle fierté envers quelque chose qui est si opprimant me rappelle alors que nous préférions admirer le pont illuminé par milliers au lieu de regarder la souffrance que peuvent vivre les autres êtres humains autour de nous. Assez! Comprenons les différences qui nous habitent et faisons de celles-ci une force au lieu d’une faiblesse.

D. C. Enhita Windwulf

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s