Critique de film – Gulîstan, Terre de roses

gulistan_banniere-web_francais

Documentaire éclairant filmé entre le Tigre et l’Euphrate, berceau de l’humanité. C’est sans musique, ni poudre aux yeux, dans une ambiance parfois même désertique que ce film nous est offert.

On suit une colonne (terme militaire désignant plus ou moins 20 personnes) de femmes révolutionnaires. La documentariste Zaynê Akyol de l’ONF a rassemblé bon nombre d’échanges, de discussions et de partages d’expériences entre ces femmes du Moyen-Orient, tels qu’elles l’ont vécu en 2014.

Nous assistons entre autres à des séances d’entrainement physique, en plus de montage, démontage et entretient de leur AK-47. À des repas toujours partagés et animés de discussions politiques, militaires et révolutionnaires.

Sans ne jamais tomber dans le tout-cuit-dans-l’bec, ce documentaire donne toute la place aux échanges sincères entre femmes, qui ont tout laissé derrière pour joindre la révolution avec le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK). Pour combattre, une bonne fois pour tout, ce qui les oppriment : le capitalisme et le patriarcat.

Vengance

16507981_10154980149741613_1347480364113038827_n

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s