Review – VARNING Jour 3 en Soirée

VARNING Jour 3 en Soirée

@

Coop Katacombes 24 Septembre 2016

https://www.facebook.com/varningfest/

http://www.katacombes.com/wp/fr/

1

 

Une incroyable soirée se donnait dans le cadre du festival Varning à Montréal durant le weekend du 22 @ 24 Septembre 2016. Duré Réalité était sur place afin de couvrir l’événement et plusieurs membres de l’équipe ont mis la main à la pâte pour vous livrer les détails de cet événement haut en émotions et en teneur alcoolisée.

2

Avant de partir pour l’événement, j’ai vu ce commentaire sur la page de l’événement et ne me suis pas trop posé de questions en faisant confiance aux organisateurs. Cet utilisateur plus futé que moi avait pourtant vu juste, j’ai attendu une bonne heure avant de pouvoir entrer. Je me suis donc assis bière en main et j’ai attendu que les portes ouvrent.

 

ULTRARAT

3

Ce groupe Montréalais Punk/Hardcore s’est donné à toute allure, le chanteur/guitariste a donné le maximum et tout le groupe a fait du bon boulot. Ouvrir une soirée aussi remplie est toujours ardu pour un artiste; seulement une partie de la foule est présente, les gens ne sont pas encore réchauffés. Pourtant le groupe a donné le maximum et on a pu voir quelques têtes se bouger. Très Speed et Crass j’ai bien aimé malgré le fait que je trouvais les transitions un peu vagues. Malgré tout, je retournerais les voir n’importe quand.

 

CLOACA

5

Le deuxième groupe à être monté sur les planches est aussi montréalais et m’a particulièrement plu. Avec ses riffs très Hardcore et une légèreté parfois palpable plutôt Punk ça a été une belle découverte pour moi. Le chanteur au fort accent Français s’est vraiment donné à fond en courant en rond au milieu de la foule et en s’époumonant au maximum de ses capacités. Il était également accompagné du bassiste au chant, qui lui était resté sur le stage. Avec des transitions très métal, je crois pouvoir m’avancer à savoir que c’était le groupe le plus polyvalent de la soirée. Avec des riffs et montées qui commençaient de Slow & Loud en faisant monter la pression progressivement pour finir avec des étirements en feed bien nourris, j’ai acheté leur album afin de redécouvrir ce groupe prochainement.

CROCHE

6

 

Ces filles de Montréal ont l’électricité contagieuse, la salle s’est réellement enflammée à leur arrivée et l’ambiance du spectacle était vraiment spéciale. Par contre, je dois avouer que le temps de préparation a été très long comparé aux autres groupes. Avec un Punk plus Blues, Rock et smooth que la plupart des bands de la soirée  et un éclairage vert fluo je crois que tous y ont trouvées leur compte. J’avais l’impression de revivre les Misfits des décennies après, un peu avec la sonorité mais surtout avec ce qui se dégageait. Je crois que c’est à ce moment qu’il a commencé à faire très chaud dans la salle. Leurs intro étaient excellentes et la drummeuse très, très tight.

VIDEOFILTH

7

Ce groupe venu de Boston a été mon coup de cœur personnel de la soirée, mais un bonjour aurait été de mise. Ils ont commencés le spectacle directement. Un Punk/Hardcore très Loud, puissant et qui arrache me rappelant le vieux Total Chaos. Le chanteur a été un des plus énergiques de la soirée et il n’a pas peur de se donner. Il a d’ailleurs sauté dans la foule et a failli atterrir sur mes collègues. Une exécution parfaite de la part des musiciens et un enchaînement des chansons qui a bien fait lever la foule. Perfectos, patches et macarons se sont bien défoulés.  On a assisté au premier trash de la soirée. Il manquait la petite corde de la basse, volontaire ou pas? Du moins ça ne semble pas l’avoir gêné, ses riffs étaient très bien construits. La voix du chanteur ressemblait vaguement à celle de Hatebreed.  J’ai été épaté par leur intensité.

POLLEN

8

De longs screams, de longs feedbacks et un drummer qui, ma foi, en était impressionnant par sa rapidité et sa robustesse. Il est selon moi l’élément clé de leur performance ; des saccades étourdissantes et des rafales que j’ai eues de la difficulté à capter à la caméra tellement il bougeait rapidement. Avec la lumière souvent fuyante dans un spectacle, c’est relativement un défi de prendre de la photo, un batteur qui se donne comme lui a pu le faire, ça devient complexe sans flash. D’ailleurs, les photographes à l’avant-scène qui non seulement gênent le travail des autres et des musiciens, devraient se renseigner sur les lois non écrites du milieu. Après 3 chansons tu t’éclipses et t’écoutes le show. Aveugler le chanteur et certains musiciens pendant un spectacle n’est pas souhaitable, c’est arrivé à quelques reprises pendant leur show. Plutôt regrettable.

CONCEALED BLADE

9

Avec une voix Trash et des sonorités de Hardcore et Doom à caractère tout de même Punk mais très Loud, on a eu droit à une folle prestation des gars de Pittsburgh. Le concept est bon, la foule a très bien répondue. Ils se considèrent eux-mêmes comme étant du mouvement Punk-Rock&Roll-Hardcore. Faudra par contre m’expliquer. Je leur accorderais plutôt une assez bonne influence Hardcore, mais bref trêve de terminologie, si vous ne les avez pas assez vu, je vous laisse aller les écouter, ils ont d’ailleurs un enregistrement sur leur bandcamp d’un court album live.  J’y ai reconnu de grosses influences de Madball et j’ai bien aimé la structure quasi-parfaite de leur set.

 

GREEN BERET

10

Avec leurs harmonies très Blues et leur style très Punk Rock ils sont mon 2e coup de cœur de la soirée. Les Bostoniens qui ont des chansons dans l’ensemble assez courtes vous feront inévitablement hocher de la tête que vous appréciez réellement ce style ou pas. Mis à part la voix dans l’ensemble, le groupe a des saveurs de Slaphot. Peut-on parler d’influences typiques à la Nouvelle-Angleterre? Je ne crois pas, mais je sais pertinemment que plusieurs seront ravis de découvrir ce groupe qui sur les planches des Katacombes ont donnés une solide prestation. Je n’ai pas trop compris pourquoi le bassiste fixait constamment le sol mais tout s’est bien déroulé. Avec un set un peu plus long que les groupes précédents au long de la soirée, on a eu la chance d’entendre quelques chansons de plus. Ils ne réinventent rien mais la bonne vielle formule fonctionne et je serais intéressé à les revoir en en format un peu plus long.

 

SECRET PROSTITUTES

11

Ce trio ne nous a franchement pas déplu. Le guitariste et le batteur se séparent le chant dans cet excellent Punk Texan et on pouvait sentir l’enthousiasme de tous les musiciens sur scène. Ils ont bien salué la foule et ont discuté avec eux, ce que très peu de groupes de la soirée ont fait, donc pour moi c’est un +1 pour la courtoisie et leur entrain leur a aussi valu +1. Leur set était très bien construit et ça a été agréable d’entendre une réelle voix clean au long de la soirée. Bon mélange entre le Punk moderne et plus racine on comprend très vite pourquoi le groupe a tout de suite soulevé la foule malgré une panoplie d’instruments, à 3 la recette a très bien passée.

12

Le seul point que j’aimerais soulever est le suivant : Les ‘’S’’ dans les noms de groupes avec la typographie de type SS / Schutzstaffel ( Nazi ) est un peu niaiseux et très répandu. Bien dommage qu’après 30 ans d’antifascisme très présent dans la scène on en soit encore là avec tous les efforts d’information qui se partagent au sein de celle-ci. Pas sûr, réellement pas sûr. Très maladroit, sont-ils au courant?

 

SAVAGE HEADS

13

Ce qui aurait dû être le point culminant de la soirée et du Weekend entier a été pour moi une sobre déception et je m’explique : La foule a atteint son apogée durant leur spectacle qui a été malgré tout très énergique et sans erreurs apparentes. Mais, car oui! il y a un mais, les pauses entre les chansons étaient interminables, parfois même plus longues que les chansons elles-mêmes et la formule malheureusement était réellement du déjà-vu. Après 40 ans de musique Punk, peut-être des centaines de milliers de groupes connus et moins connus, ajouter un petit quelque chose de singulier n’aura jamais fait de torts à personne. Je sais très bien qu’il y a un défi à réinventer un style qui est resté à peu près le même durant plusieurs décennies mais tomber dans les clichés est une recette dangereuse, ajouter des influences et faire voyager l’auditeur ailleurs que dans le passé est selon moi la chose à faire. Malgré tout, le chanteur aux allures d’un Sid Vicious un peu plus sobre a été très présent, j’ai quand même bien aimé les quelques solos de guitares et les intro à la basse étaient excellentes. Cependant, les pauses sont le point qui ont le plus retenues mon attention, même les Stones qui ont en moyenne 70 ans n’étirent pas les silences et tant qu’à tomber dans les septuagénaires le chanteur de UK SUBS est moins cliché et livre encore une performance hors de l’ordinaire. De plus, sans raison apparente, faire glander la foule quand on est le 9e groupe à jouer dans la journée, je trouve ça moyen.

///

Ce weekend, qui marquait le 10e anniversaire du Varning Fest a été une totale réussite, faute de temps je n’aurai pu me présenter et couvrir les 3 jours très chargés qui réunissaient la bouffe, un marché aux puces Punk et des spectacles à la tonne n’aura déçu personne. L’organisation qui est principalement géré par Janick Varning des Katacombes relève du prodige et je lui lève mon chapeau. Vivement une 11e édition haute en couleur! Un gros merci de contribuer à la richesse de notre scène montréalaise et de nous faire découvrir des saveurs de partout!

 

Patrick L’œil Deschamps

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s