Entrevue avec Kroska : L’appel de la Oi!

Kroska

Entrevue avec Kroska, groupe oi! du Sud de la France qui roule sa bosse depuis une dizaine d’années, mais qui demeure néanmoins assez méconnu au Québec. Au menu : bière, oi! et antifascisme! À découvrir!

Premièrement, pour ceux et celles qui ne vous connaissent pas, pouvez-vous nous présenter le groupe et les membres qui le composent?

Salut tout le monde, alors voilà nous sommes les Kroska, 10 ans que ce groupe existe, à la base on voulait juste monter un groupe de ska, mais avec notre niveau musical et notre consommation de bières, bin Kroska a vu le jour! Le long de notre chemin, au fil de nos rencontres, notre évolution, on s’est aussi rapproché de la scène oi!

Le groupe a souvent changé de membres avec le temps, actuellement 4 gars, Franck à la batteuse depuis quasiment le début, Thomas bassiste presqu’aussi depuis le début, Jehan qui a toujours été dans le groupe, écrit et compose, chant/guitare, et le dernier arrivé Yo, en guitare rythmique, la moyenne d’âge : 25 ans!

Vous avez sorti votre premier album, L’appel de la Oi! en 2012, quel chemin avez-vous parcouru collectivement en tant que groupe depuis?

L'appel de la oi!Alors l’Appel de la Oi! fut notre premier album, on a eu des démos avant ça, mais il nous fallait passer le cap, on était obligé si on voulait évoluer! Avoir un support représentatif, avec un son travaillé, un livret pour les textes, c’est un peu la carte de présentation du groupe! Même si on a toujours préféré le live, le public chante mieux nos chœurs que nous hehe.

Et donc grâce à ce support, on nous a ouvert quelques portes, les labels, des projets (45T), des scènes (Belgique/Suisse/le Nord, l’Est, l’Ouest de la France). On a joué avec des gars de chez vous, La Gachette!! Très cool!!

Quels sont les moments marquants du groupe?

Des moments marquants… Les changements de gars dans le groupe, dus à des naissances, des déménagements. C’est assez dur d’avoir un groupe et de le faire durer, on se pose souvent des questions!

Sinon on est fier d’avoir fait un vinyle 45T, mais tiré à 250 exemplaires, donc il ne nous en reste plus..

Vous venez tout juste d’enregistrer votre second album, à quoi doit-on s’attendre de celui-ci?

En effet! On a enregistré donc notre second album en juin 2015, qui s’appellera «Guerrier Trojan»!

Cet album reflétera vraiment l’identité qu’on a aujourd’hui musicalement, on a trouvé notre style et on sait s’y tenir! Passages Oi! Couplets en ska, mélodies, chœurs, refrains…

Vos textes, dans L’appel de la Oi!, traitent beaucoup de classe ouvrière, d’amitié et d’antifascisme, doit-on s’attendre aux mêmes genres de thèmes pour l’album à venir?

Yes! Les sujets traiteront toujours de notre vie quotidienne, donc forcément de l’antifascisme, de ce pourquoi on est dans ce milieu, mais on aborde aussi d’autres sujets tel que le tatouage, la boxe… Bref ce qui nous touche!

On fait aussi chanter des potes tunisiens qu’on a connus en boxant sur une chanson!

Y’a-t-il des sujets sur lesquels vous désirez vous exprimer et que vous n’aviez pas encore touchés?

Il doit y avoir des centaines de sujets sur lesquels écrire. Après, chaque groupe doit avoir sa façon de composer. Pour la musique et les textes, c’est Jehan qui écrit, des fois 2 morceaux en 1 mois des fois rien pendant 3 mois. La musique et les écrits doivent refléter quelque chose de vrai et de sincère, de ressenti. Écrire, juste pour faire une chanson comme ça, n’est pas enrichissant et n’apaise pas ce besoin au fond de nous.

Bien qu’on sente une sensibilité clairement antifasciste et de gauche au sein du groupe, il est difficile de déceler un courant politique clair dans vos textes. Quelles sont vos positions politiques?

Tu résumes bien notre concept! Notre groupe est composé de 4 gars différents, on n’écoute pas la même musique, on n’a pas le même style vestimentaire. Ç’a toujours plus ou moins étonné certaines personnes du public, mais on en a fait notre force!

Kroska 2Parler purement que de politique, ce n’est pas notre domaine. Notre conscience est clairement antifasciste, on ne jouera jamais avec des groupes ambigus qui prônent l’apolitisme en traînant avec des personnes d’extrême droite.

Vous êtes issus du sud de la France, provenez-vous d’une ville en particulier?

En fait, on habite tous dans des villes différentes : Béziers, Montpellier, Toulouse, cela correspond aussi à l’Occitanie!

À quoi ressemble la scène skinhead/punk/antifasciste dans votre région ?

Dans la région, on a quelques concerts, quelques assos et labels, mais bon l’âge d’or n’est pas aujourd’hui!

On a commencé à jouer dans des squats, concerts sauvages, maintenant on n’en fait quasiment plus, il n’y a plus trop d’organisations pour ça… Alors on fait des concerts en salle, dans des bars. Chaque année on a droit à un groupe Québequois! Et on n’est jamais déçu! La Gachette, Horny Bitches, Action Sédition, et dernièrement, The Prowlers!

Avez-vous des groupes, peu importe le genre, à nous suggérer provenant de votre région ou de la France en général?

Alors quelques groupes des potes, on peut nommer Solidagité (punk’oi! Béziers), Les Affektés (punk style Sheriff) les Punk Haine Roll (punk Toulouse), BMB (hardcore), Motor Riot (street punk), groupe de notre ancien gratteux! Et pour finir un groupe de oi! de Toulouse, les Street Vengeance!

Quels sont les projets futurs du groupe?

Des projets, on en a! Avant de faire une tournée hors de France, il faut qu’on reparte sur de bonnes bases, badges, stickers, t-shirts, et puis on va bien finir par arriver à faire un clip!!

Finalement, avez-vous un message pour les gens du Québec? Pensez-vous un jour venir y faire un séjour?

Quand on entend parler du Québec, c’est toujours des avis positifs. Quand on rencontre des groupes du Québec on passe toujours de bons moments, donc on a forcément envie d’en savoir plus! Et si on a l’occasion de venir passer du temps chez vous, on en sera vraiment heureux! Pour l’instant ce n’est pas au programme, ça demande une grosse organisation! Mais bon, l’espoir fait vivre… Oi!

On se laisse avec la chanson Antifa de Kroska, un classique du groupe!

Une réflexion sur “Entrevue avec Kroska : L’appel de la Oi!

  1. Pingback: KROSKA interview on Dure Réalité Webzine | Rusty Knife Records

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s