Polémique autour de Mise En Demeure

Le groupe Mise En Demeure

Connaissez-vous le groupe Mise En Demeure? Vous savez, ces dangereux terroristes que le très scientifique Journal de Montréal à débusquer et dont les traces se répandent jusque dans la maison du député Amir Khadir, ce dangereux communiste/islamiste/anarchiste. Heureusement que nos médias et nos politiciens veillent au grain, sinon, qui sait ce qui aurait pu se passer lors de la prestation, heureusement annulée, du groupe lors de la Saint-Jean à Québec?

Voici la fameuse image controversée retrouvée chez Amir Khadir.

On a fini par apprendre que le groupe devait se produire lors du Party clandestin de la Saint-Jean, organisé sur les Plaines d’Abraham à Québec et visant à attirer les jeunes des milieux plus underground. Le Party clandestin est organisé par Envol et Macadam, un organisme qui organise chaque année un festival de musique underground qui porte le même nom. Nul autre que le grand Régis Labeaume, maire de la ville de Québec, aurait fait pression sur l’organisme afin d’annuler la prestation de Mise En Demeure, allant même jusqu’à menacer de couper les subventions à l’organisme. Rapidement, Mise En Demeure s’est désisté et Envol et Macadam a accueilli « favorablement » la nouvelle en envoyant un communiqué de presse pathétique où l’organisme s’excuse d’avoir voulu faire jouer un tel groupe. (source)

Le seul hic, c’est qu’Envol et Macadam nous assurait, pas plus tard qu’en automne dernier, que l’organisme était contre la censure. (source) Ça se passait lors d’une autre polémique, celle-là touchant un groupe à l’autre bout du spectre politique : l’extrême droite. Le groupe Légitime Violence, qui reprend notamment des chansons du groupe néo-nazi Evil Skins, était alors présent dans la programmation du festival du même nom que l’organisme. Le groupe avait fini par se désister sous la pression populaire, mais il apparaissait très claire que le groupe était appuyé par Envol et Macadam tout au long de la polémique. Il faut croire que c’est deux poids, deux mesures.

La morale de cette histoire : il vaut mieux appeler à poignarder « [l]es p’tits gauchistes efféminés » (acte qui a d’ailleurs été commis par des membres de Légitime Violence au Café-Bar l’AgitéE en 2007 (source)) que d’appeler à tuer des politiciens libéraux (acte qui n’a évidemment jamais été commis par Mise En Demeure et qui relève bien d’avantage du fantasme politique), du moins, si vous voulez jouer à Envol et Macadam.

Voici l’intégrale de la conférence de presse qu’a donnée le groupe en lien avec la polémique :

Pour plus d’informations sur Mise En Demeure : http://www.miseendemeure.org/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s